A la sortie de l'école des beaux-arts en 2007, Audrey Frugier se voit imposer le destin banal autant qu' inconfortable « d’artiste au foyer » coincée dans son petit appartement parisien. Ni desperate ni housewife mais un peu les deux quand même : cet antre domestique lui tend les pièges du quotidien, entre passivité téléphage et dépense vaine d'énergie ménagère, ce qui constituera in fine sa première source d'inspiration. Là s'élabore un vocabulaire plastique guidé par l'idée du recouvrement : Audrey Frugier détourne la fonctionnalité des objets qui l'entourent et revêt leur esthétique initiale d'une nouvelle peau outrageusement clinquante, mimant le luxe ostentatoire et la séduction bling bling. Peu importe le support, que vive le plaqué or : l'artiste cible avec précision le hiatus entre réalité prosaïque de l'objet et vie fantasmée, où l'imaginaire s'affole dans l'outrance ornementale, la paillette et le culte du toc.

                                                                                                                                                                        Eva Prouteau

Unconventional chic